jeu. Juil 7th, 2022

L’auteure-compositrice-interprète, dont le dernier album, Ocean to Ocean, sort ce vendredi, dévoile les coulisses de “Cornflake Girl”, “God” et d’autres chansons de sa carrière. Depuis la sortie de son premier album Little Earthquakes en 1992, Tori Amos est restée une auteure-compositrice-interprète prolifique qui a toujours su saisir l’instant présent.

Tori Amos parle de la spiritualité et du langage secret derrière ses chansons les plus mémorables.

Alors que son dernier album, Native Invader (2017), abordait la crise existentielle opportune à laquelle la société est confrontée avec l’aggravation du changement climatique, son dernier, Ocean to Ocean, voit Amos transformer l’angoisse de la pandémie – et son enfermement en Cornouailles, où elle vit avec son mari – en une méditation profondément introspective sur le deuil et la renaissance.

“Même si nous parlons de choses tristes sur le disque, nous espérons qu’il s’agit de se réjouir et de transformer les 18 derniers mois en quelque chose dont nous nous sortons maintenant”, déclare Amos à propos de Ocean to Ocean. Ci-dessous, Amos nous raconte l’histoire de quelques-unes de ses chansons les plus populaires, de ses faces B et des titres de son prochain album, qui sortira bientôt.

“Here In My Head” – Face B de Little Earthquakes (1992)

Lorsqu’Amos s’est installée en Angleterre en 1991, elle s’est sentie seule et avait le mal du pays. Mais en tant que passionnée d’histoire qui a étudié l’histoire européenne, américaine et ancienne à l’école, elle a trouvé du réconfort à la Tour de Londres. “J’ai trouvé plus facile de parler avec les reines mortes de la Tour que de me faire de nouveaux amis”, se souvient-elle. Pour l’auteur-compositeur-interprète, “Here In My Head” fait référence à la façon dont Amos se sentait coincée entre deux endroits : “J’avais un pied en Angleterre et un pied en Amérique, et la chanson cristallise cela.”

“Cornflake Girl” – Under the Pink (1994)

Quand Amos a rencontré la photographe et styliste Karen Binns, les deux ont rapidement développé leur propre langage. “C’est vraiment plus sa façon de parler, et je m’y retrouvais”, dit la chanteuse. Pour eux, “tout avait un nouveau nom”. Amos et Binns se décrivaient comme des “raisin girls” ouvertes d’esprit et terre à terre, et elles qualifiaient celles qui étaient “louches” de “cornflake girls”. Il vaut mieux ne pas faire partie de la bande des “cornflake girls”, car ce sont des filles qui vont vous voler tout ce qu’elles peuvent et s’en attribuer le mérite”, dit-elle. Après une promenade sur fond de reggae dans Portobello Road à Londres avec Binns, “Cornflake Girl” – née du langage secret du duo – a pris vie.

“God” – Under the Pink (1994)

En grandissant, la relation d’Amos avec la religion et Dieu était “très sévère et autoritaire”. Je me disais simplement que ce Dieu dont ils parlent, c’était un incapable”, se souvient-elle. Mais en vieillissant, elle a pu échapper à la fréquentation de son église protestante quatre fois par semaine et comprendre la religion selon ses propres termes. “Lorsque j’ai déménagé à Los Angeles [en 1984], j’ai commencé à découvrir d’autres spiritualités et d’autres modes de culte, à aller à Joshua Tree, à m’ouvrir à la nature, aux esprits et à l’énergie de la Terre Mère”, raconte Amos. C’est en s’alignant sur la nature à Taos, au Nouveau-Mexique, alors qu’elle travaillait sur son album Under the Pink, que sa vision de la religion et de Dieu a finalement commencé à se concrétiser. Elle décide alors de remettre en question la religion dans laquelle elle a été élevée et de reconnaître son hypocrisie. “Je n’ai pas trouvé Jésus à l’église”, dit-elle. “J’ai trouvé Jésus sous un arbre.”

“Honey” – Under the Pink B-side (1994)

Si Amos pouvait remonter le temps, elle mettrait “Honey” sur Under the Pink : “Je le regrette tous les jours de ma vie, car c’est une chanson que je joue beaucoup en concert.” Pour Amos, la face B est devenue une partie de son “cercle d’amitié”. La chanson lui est venue alors qu’elle conduisait son camion près du Rio Grande, dans le haut désert. “Il y a des sons qui traversent le désert comme si quelqu’un vous chantait”, se souvient-elle. “Alors, j’arrêtais le camion et je regardais la beauté de l’endroit, et ‘Honey’ m’est venue.”

“Professional Widow” – Boys for Pele (1996)

Quand Amos a écrit “Professional Widow”, elle était à un âge où elle était “beaucoup moins patiente” que maintenant. Elle se disputait souvent avec son père et avait du mal à accepter le concept de célébrité. La combinaison de ces facteurs a donné naissance à la chanson. “Je ne m’épanouis pas bien dans ce monde”, dit-elle. “Je m’épanouis mieux en traînant avec l’équipe, ou avec les constructeurs”. À cette époque, elle enregistrait dans une vieille maison géorgienne en Irlande, à côté d’une ferme où un taureau beuglait dans les écuries. Un enregistrement du taureau est devenu la percussion du morceau, et sa nature primitive reflétait son propre état émotionnel à ce moment-là.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code