mer. Oct 20th, 2021

ronaldinho passage au PSG

En été 1999, la Copa America s’est tenue au Paraguay. Ronaldinho est appelé, mais il a devant lui un certain Rivaldo, qui avait déjà été une balle en or, et qui finira comme pichichi et sera choisi comme meilleur joueur du tournoi. Néanmoins, la mise en scène de la jeune promesse ne peut être plus spectaculaire. Lors du premier match de la compétition, il sort du banc de touche, le match étant déjà décidé, pour marquer un but qui serait la dentelle que Nike a prise pour lui. Le Brésil remporterait le trophée, et l’éclat de la star de Ronnie s’éteindrait dans les médias.

Au cours des deux prochaines saisons au Gremio, son nom apparaîtra dans la presse internationale comme une cible pour les grands clubs européens. Du Real Madrid à l’Inter Milan, en passant par Barcelone, le Borussia Dormund et Arsenal. Une offre de Leeds a même fait l’objet d’une fuite, ce qui aurait signifié le plus grand transfert de l’histoire à l’époque. Lors de leur dernière année au Grêmio, les chiffres des buteurs du Gaucho ont explosé : 41 buts en 49 matchs. À l’âge de 20 ans, il était prêt à passer à l’étape suivante.

En décembre 2000, Ronaldinho a signé un accord préalable avec le PSG. Son frère jouait à l’époque pour Montpellier et la possibilité d’être aussi proche a été un grand coup de pouce. Le président du club brésilien, José Alberto Guerreiro, prend connaissance du document et propose au joueur un renouvellement de deux ans. En janvier, le club parisien annonce que le joueur fera partie de l’équipe pour les cinq prochaines saisons. Et c’est ainsi qu’une guerre commence. Le Grêmio s’insurge contre le PSG, affirmant qu’il n’a jamais été contacté par ce dernier, et offre des brassards noirs aux supporters lors des matchs. En outre, Roberto Assis est qualifié de traître. Une théorie très répandue soutenait que le déménagement était un acte de vengeance de la part de Roberto, blessé parce que, après sa grave blessure, Gremio n’avait pas renouvelé son contrat. Pendant ce temps, lors d’un de ses derniers matchs, Ronaldinho est hué par ses propres fans après avoir marqué sur une faute directe.

Gremio et le PSG ont porté leur différend devant les tribunaux et la FIFA a décidé que Ronaldinho ne pouvait pas jouer tant que l’affaire n’était pas réglée. L’organisme a lui-même fixé une compensation de 4,3 millions d’euros que les dirigeants du club brésilien ont qualifiée de ridicule. Les liens avec son ancienne équipe semblent avoir été complètement rompus. Les ultras l’accusent d’être un menteur et le répudient au motif que le club lui avait tout donné et qu’il partait sans rien laisser. Isolé, le joueur s’entraîne seul et apprend le français pendant son temps libre. Tout cela à plus de mille kilomètres de ce qui avait été sa maison. Enfin, la justice brésilienne reconnaît à Ronaldinho le droit d’exercer sa profession où bon lui semble, mais empêche le joueur de s’engager dans un autre club s’il n’est pas payé pour son transfert. Le montant marqué est proche de 46 millions d’euros. En février 2001, son contrat actuel avec Gremio prend fin et il réclame lui-même une action en justice pour pouvoir jouer à l’étranger. La CBF refuse de délivrer la lettre de licenciement et en informe la FIFA. Néanmoins, en avril, Ronaldinho commence à s’entraîner avec son nouveau club et signe officiellement son contrat en juin. La confrontation entre le Gremio et le PSG ne s’arrête pas, mais finalement, le 31 juillet 2001, le tribunal du travail de Porto Alegre chiffre à 12,2 millions le montant qui peut être réclamé par l’équipe carioca. La CBF maintient sa position, mais la FIFA autorise la FFF à enregistrer provisoirement le joueur auprès de son club de destination. L’accord final n’interviendra pas avant février 2002, mais à cette date, Ronnie était déjà un protagoniste dans le vert.

 

Peut-être que le choix de Ronaldinho aurait pu être différent. Poursuivi par les grands clubs européens, le PSG semblait un peu moins destiné. Qui sait ? C’était peut-être de la stratégie. Aller vers une équipe de haut niveau était un risque. Au Parque dos Príncipes, la ligne de départ était pratiquement assurée et 2002 était une année de Coupe du monde. Lorsqu’il est arrivé dans la capitale française, il était hors compétition depuis quatre mois. Et en attendant le transfert, il a regardé depuis les tribunes ses nouveaux coéquipiers gagner la Coupe Intertoto.

Quand la Ligue 1 commence, Ronaldinho est un habitué du banc. Dans l’attaque gauloise se forme Nicolas Anelka, accompagné de Jay-Jay Okocha et Aloisio. Signe que le site n’avait pas encore gagné, la défaite fin septembre contre les Girondins de Bordeaux. Perdant 1-0, leur entraîneur ne s’est pas tourné vers lui pour essayer de modifier le résultat qui reflétait l’électronique. À ce moment-là, il n’avait fait partie de la ligne de départ que deux fois. Il ne se sentait soudain pas à sa place. Il venait de briller pendant deux ans dans son pays d’origine, d’une guerre ouverte pour ses services et d’entendre combien de grandes équipes européennes s’intéressaient à lui. Dans les stades du Brésil, il était la plus grande attraction. Et pourtant, en France, il passait plus de temps assis que sur le terrain.

À 21 ans et à l’approche de la Coupe du monde, on pouvait le voir sur le fil. Les choses ne se passaient pas comme il l’aurait souhaité. L’équipe du PSG était également en difficulté, malgré Pochettino, Heinze, Arteta (prêté par le Barça), Hugo Leal et les susdits Okocha, Anelka et Aloisio. Tous étaient des footballeurs de renom. Le plan initial était simple : apprendre de Jay-Jay, qui l’a accueilli à bras ouverts, et fournir les balles à une Anelka qui revenait de Madrid sans avoir pu se produire comme prévu à la Maison Blanche. La saison précédente, il avait été une déception dans la capitale française (neuvième dans la compétition nationale) et son meilleur joueur (Laurent Robert) avait été transféré à Newcastle United. En octobre, l’équipe parisienne n’était plus que huitième au classement. Rien ne se passait comme les grands garçons le voulaient. L’équipe avait besoin de Ronaldinho pour montrer son meilleur visage.

Mais le Brésilien ne semblait pas l’être. Pas très précis au moment de l’élaboration et pendant de nombreux moments a disparu dans le pays du jeu. Dans les tribunes, on s’interrogeait sur la sortie de Robert si c’était là tout ce que la jeune promesse pouvait offrir. Des nouvelles sont également arrivées du Brésil au sujet d’un garçon de 19 ans qui était en train de le briser à Sao Paulo. Kaká se faisait passer pour la nouvelle étoile montante. Il a joué dans la même position que Ronaldinho et s’est opposé à être le complément idéal de la dupla Ronaldo-Rivaldo dans la Coupe du monde.

Tout a changé le 13 octobre. Tombé à la maison du leader de la ligue, l’Olympique de Lyon, Ronaldinho saute sur le terrain avec un peu plus d’un quart d’heure à jouer. À la 79e minute, il fait l’objet d’un penalty contesté, et alors que les joueurs lyonnais entourent l’arbitre, celui-ci se dirige vers le ballon pour le placer sur le point fatal. Son premier objectif était de se libérer. “J’attends cela depuis longtemps. Tout va changer maintenant. Il ne parlait pas en vain. La semaine suivante, il a marqué deux fois contre le Rapid Vienne en Coupe de l’UEFA, dont un rare coup franc. Avec une avance de 4-0 au match aller, Ronnie a joué ce match sans pression. Un certain nombre de détails de qualité, dont son premier élastique sur le vieux continent (la marque de fabrique du joueur), montrent qu’il a enfin commencé à s’amuser. Son match contre Nantes (alors champion), quelques semaines plus tard, a été la dernière ligne droite. Il avait finalement lâché prise, et les temps forts étaient efficaces et non gratuits. C’est alors qu’une petite blessure le retarde jusqu’aux vacances de Noël, mais Ronaldinho se sent enfin important.

 

Après la pause, il y a eu un changement important. Okocha est parti pour la Coupe d’Afrique des Nations et le sélectionneur parisien Luis Fernandez en a profité pour faire quelques ajustements en raison de la mauvaise relation entre Anelka et le Nigérian. L’idée de Fernandez était claire : l’attaque tournerait autour de Ronaldinho. Ainsi, peu à peu son jeu va s’intensifier et dans la rétine laisse des jeux pour la mémoire, comme contre Guingamp, où il marque un but après un galop spectaculaire. A partir de ce duel, il marquerait un but par chacun des deux contestés. Les fans du PSG avaient trouvé leur Messie. Et devant Troyes, ils l’ont vu se déchaîner. Ceux qui ont assisté au Parque de los Principes ont été témoins de deux buts d’ouverture et d’une passe décisive. Ce serait une constante dans ce qui resterait du parcours. L’équipement se terminerait en quatrième position, mais la galerie de dribbles, de passes et de buts de Ronaldinho l’exemptait de toute culpabilité. Son rendement était optimal.

Cela faisait sept mois qu’il ne s’était pas vu impuissant à Bordeaux. Il était maintenant le grand référent du groupe. Il avait conquis les masses et personne ne pensait que sa signature avait été une erreur. Il a été le meilleur buteur de l’équipe, bien qu’il n’ait débuté que la moitié des matchs de la ligue, et a été élu dans le onze de tête de la saison. Luiz Felipe Scolari n’était pas près de manquer le grand événement en Corée du Sud et au Japon. Là, la Canarinha sera proclamée pentacampeona, avec un grand Ronaldinho jouant après le redoutable “Double R” (Rivaldo et Ronaldo).

La deuxième saison à Paris était censée être celle qui lui a permis de franchir la dernière étape. Celle dans laquelle ils habitaient alors Ronaldo, Zidane, Henry, Nedved et d’autres illustres. Mais ce n’était pas le cas. D’une certaine manière, son ascension s’est non seulement arrêtée, mais aux yeux de beaucoup, il a connu un léger recul. Ses chiffres sont similaires à ceux de sa première campagne, mais son statut de dirigeant a été mis à mal par des désaccords persistants avec son entraîneur. “Cela semble le déranger que je sois heureux”, a déclaré Ronnie à l’époque. Même certains médias ont douté que le lecteur ait la capacité de passer à l’étape suivante, le traitant comme une autre de ces promesses qui finissent par tomber à l’eau.

N’importe quoi. Quand il a sauté sur le terrain, il était libre. Et alors le vrai Dinho sortirait. La sensation de facilité lorsqu’il affronte un adversaire, la perception que si de sa tête ces nuages sortent de ses bottes, un jeu différent est palpable. En fait, tout le monde était conscient, y compris l’entraîneur, qu’il était à un autre niveau. Ce que Luis Fernandez n’aimait pas, c’était tout ce qui n’avait rien à voir avec les jeux. À l’été 2002, Ronnie découvre Paris. Et aussi ses multiples options de divertissement. En septembre 2016, Jérôme Leroy, le partenaire du Brésilien au PSG, a admis que “Ronaldinho se présentait le vendredi et jouait le week-end. Il était comme ça, sur les traces de Romario, mais sans le même succès. Je suppose que par “succès”, il entend le Ronaldinho de l’époque, et non celui qui a partagé une loge avec lui.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code