lun. Sep 27th, 2021

1.  Tenez compte du décalage horaire et de la commodité lors de la planification de votre voyage.

Si vous vous rendez à Paris depuis l’Amérique du Nord ou depuis toute autre distance où le décalage horaire pourrait se faire sentir, rendez-vous service et arrivez quelques jours ou même une semaine avant le Marathon pour donner à votre corps le temps de s’adapter.  Vos niveaux d’énergie et d’endurance le jour de la course vous en remercieront !

Voir nos recommandations sur ce qu’il faut faire en cas de décalage horaire lors de votre premier jour à Paris.

Si vous souhaitez séjourner dans un hôtel situé à quelques minutes de marche de la ligne de départ/arrivée, près de l’Arc de Triomphe, sachez qu’ils se remplissent rapidement et qu’ils peuvent également être plus chers que d’autres options.  Prendre le métro (il y a une station juste à côté de l’Arc) et se rendre à votre hôtel peut être plus facile et plus rapide que de marcher une distance significative après la course.

Découvrez nos recommandations d’hôtels pour le Marathon de Paris et les meilleurs endroits où séjourner.

2.  Achetez vos tickets de métro avant le jour du marathon

Si vous prévoyez de vous rendre au Marathon et d’en revenir en métro, achetez vos billets un ou deux jours à l’avance afin d’éviter les files d’attente aux distributeurs de billets le jour de la course.  Bien que les distributeurs soient normalement rapides et faciles à utiliser, vous n’avez pas envie d’attendre derrière une bande de touristes du Marathon en décalage horaire qui ne savent pas comment s’en servir. (À propos, lorsque vous êtes dans le métro pour rentrer à votre hôtel après la course et que votre médaille dorée du marathon pend à votre cou, c’est plutôt cool quand les autres passagers sourient et disent “bravo !”, “salut !” et “félicitations !”).

3.  Prévoyez du temps dans votre emploi du temps pour récupérer votre dossard.

Vous devez retirer votre dossard en personne au “Salon du Running” du Marathon, Porte de Versailles, le jeudi, vendredi ou samedi avant la course.  Les files d’attente seront les plus longues le samedi, alors pour gagner du temps, allez-y les deux premiers jours si possible.  Pendant que vous êtes là, allez voir les stands et les produits des quelque 200 vendeurs qui seront sur place.

Une fois que vous aurez votre dossard, tenez-le devant vous et faites quelques selfies.

4.  Ne vous laissez pas déconcentrer par les bizarreries du parcours du marathon de Paris (oui, littéralement)

Le parcours du marathon a beau être essentiellement plat, il présente quelques obstacles délicats et des surprises inhabituelles pour les imprudents : Des pelures de fruits sous vos pieds (de coureur) – Les stations de ravitaillement proposent des bananes, des oranges coupées et d’autres fruits pour vous donner de l’énergie – ce qui est génial, sauf que tout le monde jette les pelures par terre.  Faites attention à ne pas les écraser ou à vous mettre sur le côté du parcours pour les éviter. Pavés – Le Paris moderne ne compte pas vraiment de rues pavées, mais vous en rencontrerez plus que votre part le long du parcours du marathon, surtout au début de la course.  D’abord inégales, les pierres de granit deviennent glissantes et traîtresses sous la pluie, la bruine ou même le brouillard.  Évitez-les autant que possible, ou ralentissez un peu votre rythme.

L’ennui menant à la fatigue – Vous vous souvenez des deux grands parcs boisés que vous traverserez ?  Oui, ils sont pittoresques et offrent de l’ombre si le soleil tape fort, mais au bout d’un moment, chaque arbre ressemble à un autre et votre énergie peut commencer à faiblir.  C’est particulièrement vrai par temps nuageux ou bruineux.

La solution ?

Profitez de ce temps pour méditer, vous mettre dans le bain, mettre votre playlist à fond – tout ce qui vous convient.

Tunnels

Vous en traverserez une série le long de la Seine, entre les kilomètres 16 et 18.  Ils ne sont pas très longs, mais si vous ne vous y attendez pas, ils peuvent être légèrement oppressants.  De plus, les pentes ascendantes qui en sortent vous sembleront beaucoup plus raides qu’elles ne le sont en réalité si vous n’êtes pas préparé à ce changement par rapport au terrain essentiellement plat du parcours.

5.  Faites un essai

Les marathons sont toujours plus faciles lorsque l’on sait à quoi s’attendre grâce à l’expérience – alors faites un essai si vous le pouvez.  Voici trois options possibles, même si chacune n’est pas idéale :  Participez au semi-marathon annuel de Paris (Semi de Paris).  Vous aurez ainsi l’occasion de courir dans le bois de Vincennes, le grand parc boisé situé à l’est de la ville.  Cependant, le reste du parcours s’écarte par endroits du parcours du marathon complet – et au mieux, il n’en représente que la moitié.  Et à moins que vous n’habitiez à Paris, faire une visite supplémentaire peut ne pas être pratique.

Courir le long de l’intégralité du parcours de 26,2 miles quelques jours avant le Marathon proprement dit.  C’est plus difficile qu’il n’y paraît car, à part les tronçons traversant les deux grands parcs boisés à l’est et à l’ouest de Paris, vous devrez éviter les piétons et la circulation. Profitez des nouveaux dimanches sans voiture à Paris pour parcourir l’ensemble du parcours, plus ou moins sans véhicule.  Ils ont lieu le premier dimanche de chaque mois. Le marathon étant programmé le deuxième dimanche vous devrez arriver à Paris au moins 8 jours avant la course – une excuse parfaite pour profiter de plus de temps dans la Ville Lumière. Bien que le sponsor de la course propose un petit parcours de plus de 3 km, le “Paris Breakfast Run”, la veille de la course, il suit un itinéraire différent.  Cette course est amusante et vous permettra de voir de près de nombreux musées et monuments célèbres, mais elle ne vous aidera pas à vous familiariser avec le parcours du marathon.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code