dim. Juin 16th, 2024

Si vous vous moquez de moi, je vais me vanter pendant une minute. Vous voyez, s’il y avait un prix pour le sommeil de l’estomac, je suis assez confiant, je serais champion du monde. C’est l’un de mes « pas de compromis ». Dormir sur le côté ou sur le dos serait comme acheter intentionnellement du papier toilette générique
Je sais que pour beaucoup d’entre nous, les femmes, dormir sur le ventre n’est pas une chose à laquelle nous sommes prêtes à renoncer. En fait, je me souviens du jour où j’ai appris que je ne pourrais peut-être plus jamais dormir sur le ventre si je subissais une augmentation, et cette peur m’a presque empêchée de subir l’intervention (vérité). Cependant, je suis heureux de pouvoir dire que je dors encore sur le ventre chaque nuit.
Je ne vais pas mentir ; les premiers mois seront gênants, comme ceux d’un premier petit ami à l’école secondaire. En gros, vous devez passer par une phase de rencontre avec votre nouvel implant mammaire. Il faut apprendre à les connaître, à savoir ce qu’ils ressentent, ce qui les dérange, etc. Mais ne vous laissez pas intimider par cela. Mais ne vous laissez pas intimider par cela. Je vous promets qu’après l’opération d’augmentation mammaire, vous pourrez à nouveau dormir sur le ventre !

Trouver la bonne position de sommeil : Une chronologie utile

Si vous le pouvez, évitez de dormir sur le ventre.
Vous ne voudrez pas dormir sur le ventre pendant le premier mois du processus de guérison. J’ai dormi sur le dos pendant les premières semaines pour laisser à mes seins le temps de guérir.
Un oreiller sur le côté peut vous aider à sécuriser votre corps.
Le fait de garder un oreiller sur le côté lorsque vous dormez vous aidera à vous sentir à l’aise dans les semaines qui suivent l’opération. Si vous le pouvez, le fait de garder plusieurs oreillers en place pendant votre sommeil aidera à empêcher votre corps de se retourner naturellement vers votre estomac.

Dormir en position inclinée

Il suffit de vous appuyer sur quelques oreillers pour faire des merveilles, tant pour votre corps que pour votre nouvelle poitrine. Cela donne également à votre nouvelle poitrine la position dont elle a besoin pour guérir en conséquence et réduit les risques de complications indésirables. Pour plus de confort, vous pouvez placer des oreillers sous vos genoux.
Portez un soutien-gorge de sport pour réduire la pression sur vos incisions
L’utilisation d’un soutien-gorge de sport fera des merveilles pendant les premières semaines de récupération. Cela permet d’éviter le stress des incisions pendant que votre corps se remet de l’opération tout en réduisant le gonflement et la tension. Un bon soutien-gorge de sport est un must absolu !

Appelez votre médecin dès les premiers signes de douleur.

Un malaise général est tout à fait normal pendant votre convalescence. Mais tout signe de douleur injustifiée provenant de vos seins nécessitera l’assistance immédiate de votre chirurgien plasticien.
Au cours des deuxième et troisième mois, vous pourriez essayer de devenir plus aventureuse en vous allongeant sur le ventre. Laissez-moi vous dire que c’est comme avoir deux oranges coincées entre vous et le lit. Ce n’est pas confortable. Pas du tout.
Après trois mois post-op, vous pouvez recommencer à dormir confortablement sur le ventre. À ce moment-là, vos incisions ont guéri et votre corps s’est plus ou moins adapté. Je ne les remarque même plus, pour être honnête. Et j’oublie que c’est aussi une question à laquelle je me suis habitué.

Encore une chose…

Que vous soyez un dormeur sur le côté ou sur le ventre, ne vous inquiétez pas. Oui, vos implants vous sembleront étrangers au début. Il faudra beaucoup d’ajustements et de compromis. Mais plus vous vous habituerez à votre corps et plus longtemps vous aurez vos implants, plus vous vous sentirez à l’aise.
Avec le temps, votre corps se stabilisera et vous apprécierez votre nouvelle forme et votre nouvelle silhouette. En fait, vous finirez par oublier que vos implants mammaires n’étaient pas là dès le premier jour ! Voir https://mon-augmentation-mammaire.paris/ pour en savoir plus


Augmentation mammaire

L’augmentation mammaire ou l’élargissement des seins est une intervention chirurgicale visant à augmenter la taille des seins d’une femme en plaçant des implants mammaires sous le tissu mammaire ou les muscles de la poitrine. Certaines femmes estiment que des seins volumineux sont plus attrayants que des seins petits ou de taille moyenne. Leurs seins ne se sont pas développés jusqu’à la taille souhaitée ou ils peuvent avoir perdu du volume en raison d’une grossesse, d’une perte de poids ou du vieillissement. Pour ces femmes, l’augmentation mammaire peut permettre d’obtenir une silhouette plus flatteuse et mieux proportionnée, d’élargir les options vestimentaires et de renforcer la confiance et l’estime de soi.

Facteurs à prendre en compte avant de subir une augmentation mammaire
L’augmentation mammaire est une intervention chirurgicale, avec tous les risques opératoires et anesthésiques que cela comporte. L’intervention implique l’utilisation d’un dispositif médical implantable. Les dispositifs peuvent tomber en panne et la présence d’un corps étranger dans l’organisme entraîne des considérations à long terme. La discussion de ces points est un élément clé de la consultation avec le chirurgien plasticien avant l’intervention. Voici quelques facteurs importants à prendre en compte :

Les statistiques montrent que l’augmentation mammaire n’est pas une intervention unique. Les femmes ayant des implants peuvent s’attendre à devoir subir d’autres interventions chirurgicales au fil des ans pour des problèmes tels que le déplacement de l’implant, les fuites et le durcissement de la cicatrice autour de l’implant.
Si une personne décide plus tard de retirer ses implants mammaires, ses seins ne retrouveront pas leur apparence d’avant l’intervention. Les tissus sont étirés lorsqu’un implant est placé sous eux et peuvent apparaître plats et tombants lorsque l’implant est retiré.
Les personnes présentant des problèmes de santé qui altèrent la cicatrisation des plaies ou des maladies immunologiques qui diminuent la capacité à combattre les infections doivent être prudentes avant de se faire poser un implant.
Les personnes qui sont vulnérables sur le plan émotionnel et qui ont du mal à gérer les revers de fortune doivent prendre en compte le fait que l’augmentation mammaire comporte le fardeau d’un implant qui n’est pas un dispositif à vie. Le risque de complications à long terme est un fardeau psychologique que certaines ne souhaitent pas assumer.
L’augmentation mammaire est une chirurgie esthétique et ses coûts ne sont pas couverts par l’assurance maladie. Il est important de noter que les coûts ultérieurs associés aux implants mammaires, tels que les soins médicaux, les opérations supplémentaires et les études spéciales visant à vérifier l’intégrité de l’implant, peuvent ne pas être couverts par l’assurance maladie.
Les statistiques montrent que les honoraires moyens des médecins pour une augmentation mammaire étaient de 3 816 euros en 2007. Le coût des implants s’ajoute aux frais chirurgicaux, et les implants en gel sont plus chers que les implants salins.
Impact sur les futures mammographies
La présence d’implants affecte la façon dont les mammographies sont effectuées, puisque des vues supplémentaires sont nécessaires lors des mammographies de dépistage de routine pour visualiser l’ensemble du tissu mammaire. Les implants peuvent également diminuer l’efficacité des mammographies en les rendant plus difficiles à interpréter dans certains cas. Les femmes ayant de lourds antécédents familiaux de cancer du sein ou des antécédents personnels d’anomalies mammaires doivent se demander si les implants peuvent constituer un obstacle à la surveillance du cancer.

Discussion avec un chirurgien plasticien compétent
Pour une personne qui envisage une augmentation mammaire, il y a plus de questions à prendre en compte que pour la plupart des interventions chirurgicales. Il est essentiel que la patiente ait une consultation complète avec un chirurgien plasticien compétent afin de se familiariser avec les implications à court et à long terme de l’intervention. Cela inclut une discussion ouverte et réaliste sur l’intervention, ses avantages et ses risques potentiels. Elle et un plan pour les contrôles postopératoires dans les années qui suivent.

Les patients doivent comprendre les nombreuses techniques et options d’implants et comment elles s’appliquent à eux. Ces facteurs incluent :

  • Quel type d’implant convient le mieux à une corpulence donnée ?
  • Les seins sont-ils tombants ?
  • Y a-t-il des antécédents familiaux de cancer du sein ?
  • La probabilité d’une intervention chirurgicale supplémentaire au fil des ans est-elle acceptable ?
  • Les coûts du suivi à long terme requis ainsi que de l’intervention chirurgicale initiale sont-ils clairs ?

Planification chirurgicale
Pour chaque individu, il existe une variété de caractéristiques qui ont un impact sur l’objectif chirurgical – un sein plus volumineux avec une apparence naturelle et une forme agréable. Les souhaits de la patiente sont les plus importants, mais ils doivent être replacés dans le contexte de son anatomie, notamment la taille, le poids, la forme de la cage thoracique, la position des seins, les différences entre les deux seins, la présence d’une ptose et la tension de la peau.

Les dimensions des seins, telles que la largeur, la hauteur et le degré de saillie des seins dans le décolleté et sur le côté du corps, doivent correspondre à la morphologie de la personne. La tension de la peau est essentielle. Une patiente dont la peau est très tendue ne peut pas supporter une augmentation de volume aussi importante qu’une patiente dont la peau est plus épaisse.

Mastopexie
Une patiente dont la peau est exceptionnellement fine et inélastique développera une ptose ou un affaissement lorsque de grandes quantités de poids et de volume sont introduites dans le sein.

Dans les cas où une patiente présente déjà une ptose avant l’augmentation mammaire, celle-ci devra être corrigée avant l’augmentation du volume mammaire afin d’éviter d’aggraver le degré d’affaissement.

La chirurgie pratiquée pour corriger la ptose est appelée mastopexie. La mastopexie ou chirurgie de lifting des seins peut impliquer le repositionnement de l’aréole et du mamelon, ainsi que le relèvement du tissu mammaire et l’élimination de la peau.

La mastopexie peut être effectuée séparément ou en association avec la pose d’implants mammaires. Toutefois, lorsque les procédures sont combinées, la durée de l’intervention est plus longue et les cicatrices sont probablement plus importantes.

Techniques chirurgicales
Les étapes de base de l’augmentation mammaire commencent par une incision pratiquée dans la peau et les tissus sous-jacents. Une poche est créée pour un implant mammaire et l’implant est placé et positionné. La poche et les incisions sont fermées chirurgicalement et des pansements sont utilisés. Cette description générale s’accompagne d’un grand nombre de variations techniques.

Implants
Tous les implants mammaires modernes, quel que soit le matériau de remplissage, ont une enveloppe extérieure en élastomère de silicone. Le silicone est un caoutchouc et est utilisé dans de nombreux dispositifs médicaux, notamment les valves cardiaques, les drains, les cathéters et d’autres implants tels que les implants mentonniers, les implants de la main et les implants testiculaires. Les implants existent dans de nombreuses tailles et dans une variété de formes telles que rondes, ovales ou profilées pour une projection plus dirigée dans une zone du sein. Les implants profilés sont parfois appelés implants anatomiques, un terme qui se réfère à leur conception avec un effilement sur la moitié supérieure et plus de plénitude sur la moitié inférieure qui imite la forme naturelle d’un sein plus mature.

LES IMPLANTS REMPLIS DE GEL DE SILICONE
Ces implants contiennent du gel de silicone qui est polymérisé jusqu’à une consistance très similaire à celle du tissu mammaire et, par conséquent, ils pèsent, sentent et bougent comme le tissu mammaire. Les implants de gel actuellement disponibles ont un gel plus épais et plus visqueux que les générations précédentes de ces dispositifs. Appelé gel cohésif, ce matériau a tendance à rester en place même si l’enveloppe de l’implant est endommagée. Les implants en gel sont pré-remplis et scellés et leur taille ne peut être ajustée en salle d’opération.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *